Diario (chiquito) de Bolivia

17 février 2019

La bonne étoile d’Erwin « Platini » Sanchez

 29 juin 1997, Bolivie-Brésil en finale de la Copa America au stade Hernando Siles de La Paz, 45ème minute, l’équipe bolivienne, dominatrice, vient d’encaisser un but d’Edmundo contre le cours du jeu. Erwin Sanchez, le milieu offensif de « la Verde », chope les abeilles et s’empare du ballon près de la ligne médiane. Il décoche une terrible patate rasante des 35 mètres qui finit sa course dans les filets d’un Taffarel qui, sur le coup, ne fait rien pour contrecarrer la mauvaise réputation des gardiens de but brésiliens.... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 20:40 - Commentaires [3] - Permalien [#]

10 février 2019

Liberté, ébriété, fraternité

  Dans « un éléphant, ça trompe énormément », la comédie culte des années 70 d’Yves Robert, la bande de quadragénaires dont on suit les mésaventures se fait copieusement rouler dans la farine en faisant l’acquisition d’un charmant pavillon campagnard situé tout près d’un aéroport, le jour d’une grève des contrôleurs aériens. C’est une déconvenue du même ordre qui s’est abattue sur le bloggeur lorsqu’il a passé son premier week-end dans son bel appartement avec piscine loué pendant la semaine dans le quartier... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 23:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 février 2019

La ville des faux-culs

On prétend que les filles de Santa Cruz sont les plus belles de Bolivie. Lâcheté proverbiale de la gent masculine ou volonté de ne pas se faire trop d’ennemies à La Paz et Cochabamba, le bloggeur se gardera bien de prendre position même s’il n’est pas tout à fait insensible aux beautés latines à la langueur toute tropicale qu’il croise à l’occasion sur la place du 24 septembre. Les dites beautés, qui ne rechignent pas à exhiber leurs formes avantageuses dans des tenues avares en textile et des micro-bikinis au bord des piscines,... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 21:55 - Commentaires [5] - Permalien [#]
27 janvier 2019

Le père Noël est une torture

Croiser le père Noël suant à grosses gouttes sous sa houppelande, fin décembre à Santa Cruz de la Sierra, a quelque chose d’incongru pour le gringo bercé depuis son enfance par les histoires de traineaux, de cheminées et de sapins en bonnets pointus. Noël en Bolivie marque en effet le début de l’été et des grandes vacances pour les enfants (et les enseignants) du pays. Aucune trace de neige donc en pays camba, exceptée celle produite par les laboratoires clandestins planqués dans la selva toute proche, pas plus que de sapins,... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 20:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 décembre 2018

Bienvenue au condo

Le nouvel arrivant qui cherche à se loger à Santa Cruz doit composer avec la réalité immobilière locale. Vieille bâtisse coloniale du centre-ville, appartement dans un de ces immeubles récents qui poussent comme des champignons ou maison individuelle cossue dans un quartier tranquille, l’offre est d’autant plus abondante que de nombreux logements semblent inoccupés si l’on en juge par le nombre réduit de fenêtres illuminées à la nuit tombée. Une situation qui s’explique certainement par un prix élevé inaccessible à une grande partie... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 22:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 décembre 2018

Des chiens qui donnent la rage

Tel maître, tel chien (pardon pour les tenants de l’écriture inclusive, mais le féminin en l’occurrence aurait des connotations un brin équivoques). La devise anthropomorphique semble prendre une curieuse résonance en Bolivie. Errant dans les rues de La Paz ou de Santa Cruz, poursuivant les véhicules qui empruntent les pistes poussiéreuses du campo, se précipitant les crocs en avant sur les grilles des propriétés qu’ils défendent ou pendus au bout d’une laisse dans les jardins publics, les chiens sont partout dans l’état... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 22:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 décembre 2018

Paola : dans sa tête, de l'art !

Derrière une silhouette élancée, un large sourire et un bagout intarissable, Paola cache un patrimoine génétique étonnant qui raconte une partie de l’histoire bolivienne. Ascendance mi-espagnole, mi-quechua pour une maman née de propriétaires terriens installés dans la riche région agricole de Cochabamba et dont la famille fut dépossédée de ses biens par la révolution agraire du début des années 50. Origine judéo européenne du côté du papa issu de l’union d’un juif français et d’une basco-allemande émigrés en Bolivie pendant la... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 02:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 novembre 2018

Abasto : les joies du marché

Même si Santa Cruz voit croître comme l’ivraie de gigantesques malls commerciaux à l’américaine où l’on célèbre ces jours ci le funeste Black Friday, c’est vers le bon grain des marchés traditionnels que nous préférons tourner nos pas cette semaine pour remplir notre petit cabas. Une petite virée donc du côté du fourmillant marché Abasto (voir l’album "Les courses au marché"), fantastique spectacle vivant donné sept jours sur sept sous un vaste hangar de tôle situé le long du troisième anneau, et où accessoirement on peut acheter de... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 23:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 novembre 2018

Un p'tit tour sur la ligne blanche

Le point commun entre Medellin, Marseille et La Paz ? Non pas le narcotrafic ! Vous devriez arrêter les séries sur Netflix. Ces trois villes font partie de la liste toujours plus longue des métropoles qui font le choix du téléphérique urbain, alternative économique et écologique aux autobus, trams et autres métros qui sillonnent la plupart des grandes cités mondiales. Si les Marseillais devront attendre l’année 2020 pour commencer à s’envoyer en l’air du Vieux Port jusqu’à la Bonne Mère, les Paceños peuvent depuis 2014... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 22:19 - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 novembre 2018

Mamani : un architecte à la hauteur

Mamani pour les Aymaras, c’est le Dupont français ou le Smith d’outre-Manche. Dans la grande famille Mamani, distinguons cependant Mamani Mamani, peintre des couleurs et de la culture andine et Freddy, l’architecte autodidacte, grand artisan de la transformation d’El Alto. Le renouveau d’El Alto El Alto, c’est là où le voyageur débarque de son avion à destination de La Paz, clignant de l’œil sous la lumière crue des Andes et suffoqué par la raréfaction de l’oxygène à plus de 4000 mètres. Dans le taxi qui le descend jusqu'à la... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 21:48 - Commentaires [7] - Permalien [#]