Diario (chiquito) de Bolivia

16 décembre 2018

Bienvenue au condo

Le nouvel arrivant qui cherche à se loger à Santa Cruz doit composer avec la réalité immobilière locale. Vieille bâtisse coloniale du centre-ville, appartement dans un de ces immeubles récents qui poussent comme des champignons ou maison individuelle cossue dans un quartier tranquille, l’offre est d’autant plus abondante que de nombreux logements semblent inoccupés si l’on en juge par le nombre réduit de fenêtres illuminées à la nuit tombée. Une situation qui s’explique certainement par un prix élevé inaccessible à une grande partie... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 22:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 décembre 2018

Des chiens qui donnent la rage

Tel maître, tel chien (pardon pour les tenants de l’écriture inclusive, mais le féminin en l’occurrence aurait des connotations un brin équivoques). La devise anthropomorphique semble prendre une curieuse résonance en Bolivie. Errant dans les rues de La Paz ou de Santa Cruz, poursuivant les véhicules qui empruntent les pistes poussiéreuses du campo, se précipitant les crocs en avant sur les grilles des propriétés qu’ils défendent ou pendus au bout d’une laisse dans les jardins publics, les chiens sont partout dans l’état... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 22:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 décembre 2018

Paola : dans sa tête, de l'art !

Derrière une silhouette élancée, un large sourire et un bagout intarissable, Paola cache un patrimoine génétique étonnant qui raconte une partie de l’histoire bolivienne. Ascendance mi-espagnole, mi-quechua pour une maman née de propriétaires terriens installés dans la riche région agricole de Cochabamba et dont la famille fut dépossédée de ses biens par la révolution agraire du début des années 50. Origine judéo européenne du côté du papa issu de l’union d’un juif français et d’une basco-allemande émigrés en Bolivie pendant la... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 02:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 novembre 2018

Abasto : les joies du marché

Même si Santa Cruz voit croître comme l’ivraie de gigantesques malls commerciaux à l’américaine où l’on célèbre ces jours ci le funeste Black Friday, c’est vers le bon grain des marchés traditionnels que nous préférons tourner nos pas cette semaine pour remplir notre petit cabas. Une petite virée donc du côté du fourmillant marché Abasto (voir l’album "Les courses au marché"), fantastique spectacle vivant donné sept jours sur sept sous un vaste hangar de tôle situé le long du troisième anneau, et où accessoirement on peut acheter de... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 23:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 novembre 2018

Un p'tit tour sur la ligne blanche

Le point commun entre Medellin, Marseille et La Paz ? Non pas le narcotrafic ! Vous devriez arrêter les séries sur Netflix. Ces trois villes font partie de la liste toujours plus longue des métropoles qui font le choix du téléphérique urbain, alternative économique et écologique aux autobus, trams et autres métros qui sillonnent la plupart des grandes cités mondiales. Si les Marseillais devront attendre l’année 2020 pour commencer à s’envoyer en l’air du Vieux Port jusqu’à la Bonne Mère, les Paceños peuvent depuis 2014... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 22:19 - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 novembre 2018

Mamani : un architecte à la hauteur

Mamani pour les Aymaras, c’est le Dupont français ou le Smith d’outre-Manche. Dans la grande famille Mamani, distinguons cependant Mamani Mamani, peintre des couleurs et de la culture andine et Freddy, l’architecte autodidacte, grand artisan de la transformation d’El Alto. Le renouveau d’El Alto El Alto, c’est là où le voyageur débarque de son avion à destination de La Paz, clignant de l’œil sous la lumière crue des Andes et suffoqué par la raréfaction de l’oxygène à plus de 4000 mètres. Dans le taxi qui le descend jusqu'à la... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 21:48 - Commentaires [7] - Permalien [#]

05 novembre 2018

Tiwanaku, le temple du soleil bolivien

Oubliez Hergé et ses lamas péruviens cracheurs. Foin des Incas, une tribu surestimée balayée par une poignée de barbus au bout d’à peine 150 ans d’existence. Au rebut, les Aztèques qui se croyaient plus forts et plus malins que les autres mais qui confondirent Hernan Cortez avec Quetzalcóatl et lui ouvrirent les portes de Tenochtitlan. Si vous voulez vous plonger dans l’histoire d’une vraie civilisation, à la hauteur des Mayas qui inventèrent l’écriture et dominèrent l’Amérique Centrale pendant plus de deux siècles, quittez la Paz... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 01:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 octobre 2018

Au pays des Bolos

Un Boliviano, c’est bien sûr un citoyen de l’état plurinational, mais c’est aussi l’unité monétaire en vigueur dans le pays. Un peu long pour un vocable au centre de nombreuses conversations dans une Bolivie à la fibre commerçante avérée. La cholita qui presse des oranges au coin de la rue ou le chauffeur de taxi utiliseront donc plutôt le terme de peso, commun à de nombreux pays d’Amérique latine, où même de pesito, sacrifiant en cela à la manie typiquement bolivienne du diminutif quasi-systématique. Le Boliviano ou Bolo a pour... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 21:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 octobre 2018

Quand Israel rejoint la Palestine

Israel a vu le jour il y a environ un demi-siècle au pied du Cerro Rico, la montagne mythique de Potosi qui a arrosé d’argent pendant deux siècles la puissance coloniale espagnole, mais il triche sur son âge. Israel a plusieurs mères, une fille qui n’est pas la sienne. Il a vécu à Huari, sur l’altiplano bolivien, il a voyagé avec les bédouins dans le désert de Jordanie, bu du champagne dans les caves d’Epernay, fait la plonge dans le Poitou-Charente et dirigé une boîte de pub… Israel parle français, espagnol bien sûr mais aussi... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 02:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 octobre 2018

Chiquitania : La délicate position du missionnaire

 Le sabre, le goupillon et les jésuites 1767 : le roi d’Espagne Charles III décide de mettre un terme aux missions jésuites également dénommées réductions (reducciones). Comme son rival portugais au Brésil, Charles voit d’un mauvais œil ces micro-sociétés qui prospèrent dans la forêt tropicale autour des figures tutélaires que sont les frères jésuites. En ces temps troublés où la mondialisation jette ses premières ancres, le seul choix laissé à l’Amérindien est souvent le sabre ou la croix, la fuite ou l’esclavage. Dans... [Lire la suite]
Posté par El Phil à 05:40 - Commentaires [4] - Permalien [#]